Le traitement des déchets industriels encore balbutiant au Cameroun

Afin de lutter contre l'accroissement sans cesse galopante des déchets industriels et domestiques dans les villes camerounaises, accroissement il faut le souligner proportionnel à la croissance de nos cités, le Ministre de l'environnement, de la protection de la nature et du développement durable préconisait en 2007 dans le cadre de la stratégie nationale de gestion des déchets (SNGD), la mise en œuvre de technologies propres optimisées pour produire moins de déchets toxiques.

Cinq ans plus tard, des centaines d'entreprises industrielles existant au Cameroun, seules quelques à l'instar de Total Cameroun ont fini par mettre en pratique les recommandations gouvernementales avec par exemple l'ouverture en avril dernier à Douala d'une unité de reconditionnement du bitume en sac.

D'autres comme le Groupe BOCOM, n'ont pas attendu les autorités puisque faisant dans le recyclage de déchets industriels et ménagers depuis bientôt une décennie, apparaissant d'ailleurs comme pionniers dans le domaine au Cameroun ; c'est aussi le cas de l'ONG CIPCRE du pasteur Jean Blaise Kenmogne à l'Ouest du pays.

Réagir à cet article »

 
Il n'y a aucun commentaire pour cet article